La Pratique

L’art martial est riche, la vie d’un pratiquant est en constante progression, nous ne cessons jamais de parfaire nos connaissances, le travail est la clé de l’évolution comme le dit souvent Maître Borivoj : « celui qui travaille évolue et celui qui ne travail pas régresse » l’art martial nous permet de développer nos capacités à aller toujours plus loin autant dans la vie quotidienne que dans la pratique…il nous permet de forger notre mental pour dépasser nos limites.
A la source et tout au long de la pratique le travail des bases est indispensable à la progression : les positons, les frappes de main, les coups de pied, etc.

Les différentes formes de travail :

Les quyens

Le travail des quyens consiste à exécuter des techniques de combats enchaînées dans le vide face à un adversaire imaginaire.
Le travail dans le vide permet à tout niveau de développer les capacités de concentration et de mémorisation gestuelle, toutes ces techniques dans le vide seront ensuite appliquées avec un partenaire. Les applications en 2×2 permettent de « tester » face un adversaire les capacités de défenses et d’attaques du pratiquant et développe les réflexes (esquives, contre attaque).

 

Rien ne peut faire découvrir la sensation nécessaire à la véritable compréhension d’un quyen, aussi simple soit-il.Il s’agit d’ailleurs et avant tout d’une tradition non écrite dans laquelle il ne suffit pas d’apprendre des mouvements mais plutôt de retrouver, à travers le rythme du quyen, une sensation profonde et difficilement explicable , une « alchimie gestuelle » dont il faut pénénetrer l’essence.

L’énergie interne

Les exercices de respiration sont fondamentaux et indispensable à l’équilibre (Yin Yang), le travail interne permet aux pratiquants le développement de l’énergie vitale et le contrôle de soi.

Stage d’été 2016

Ses buts sont multiples. Ils vont de l’amélioration des capacités de contrôle de soi au développement de l’énergie vitale en passant par la « récupération » après un effort intense. Trois méthodes sont également utilisées dans cet art pour y parvenir en plus des méthodes traditionnelles :

-Le Điêň hoà thở và thân (harmonie du souffle et du corps) est une gymnastique énergétique de santé et de longévité. C’est une voie de développement personnel et d’épanouissement spirituel. Certaines qualités se développent comme le calme, la sérénité, la distanciation par rapport aux émotions, le lâcher prise.

Thiền (La méditation taoiste) : Améliore la circulation sanguine, la régulation de la tension artérielle. Diminue le stress musculaire et aide à la mémoire. Améliore le sommeil et l’aptitude à la concentration. On peut considérer la méditation taoïste comme une voie spirituelle,une thérapeutique, une psychanalyse, un centre, une maison ou le YIN et le YANG sont toujours en harmonie.

-Le Bat Quai Chuong : une forme de méditation en mouvement, une recherche du contrôle de soi, de bien être et d’épanouissement. C’est un ensemble de savoirs permettant l’auto entretien de la santé et peut être un art martial à part entière.

Les armes

Les armes font partie intégrante du programme de l’école, elles permettent aux pratiquants d’accroître leurs savoirs.

L’apprentissage du bâton sous ses 3 formes (long, moyen, court) est intégré au programme des ceintures blanches, les armes tranchantes quant à elle sont réservées aux pratiquants confirmés
Nombreuses sont les armes traditionnelles, du sabre à l’épée en passant par la hallebarde sans oublier les armes réservées aux féminines : double épée, éventail…
(rubrique armes prochainement en ligne)